Voir la galerie photos


Get the Flash Player to see this player.

time2online Joomla Extensions: Simple Video Flash Player Module

La rééducation

Envoyer Imprimer PDF

La rééducation et la réadaptation fonctionnelle représentent une spécialité médicale (encore appelée médecine physique). La rééducation a pour but de corriger une déficience d'installation récente. La réadaptation a pour but de limiter les conséquences d'un handicap. Mais qu'est-ce qu'une déficience ? Qu'est-ce qu'un handicap ? Prenons un exemple qui n'a rien à voir avec les rhumatismes. La presbytie est une "déficience" : nos yeux nous rendent "incapables" de voir de près. Et si nous aimons lire ou coudre par exemple, nous sommes "handicapés" pour le faire. L'ophtalmologiste, malgré les progrès de la médecine, n'a pas le pouvoir de corriger cette déficience, mais supprime le handicap en prescrivant un "appareil" approprié, c'est-à-dire des lunettes.
En d'autres termes, aucun traitement ne permet aux yeux de recouvrer une acuité visuelle normale, mais les lunettes rendent la possibilité de faire toutes les activités qui nécessitent de bien voir de près. Reprenons le cas des spondylarthropathies, la rééducation, associée à un traitement médicamenteux bien conduit, tende de prévenir l'ankylose articulaire (par exemple l'ankylose des petites articulations de la paroi thoracique qui compromet les capacités respiratoires). Quand l'ankylose ne peut être évitée, la rééducation peut au moins permettre que les articulations s'enraidissent en bonne position, c'est-à-dire dans une position qui ne compromet pas la fonction. Par exemple, si le cou est enraidi, il faut faire tout ce qui est possible pour qu'il s'enraidisse avec la tête droite afin de pouvoir continuer à regarder en face de soi sans peine. Malheureusement, l'équipe de rééducation intervient parfois trop tardivement, c'est-à-dire quand une "attitude vicieuse" s'est installée de façon irréversible. La réadaptation aide alors la personne handicapée à retrouver un maximum d'autonomie et donc sa place dans sa famille et dans son milieu socio-professionnel.
Les moyens utilisés sont divers et dépendent de la nature du handicap, des besoins et de l'environnement.
La rééducation est utile au début de la spondylarthrite pour au moins deux raisons : d'une part elle est capable d'améliorer les symptômes des patients (douleur, sensation de raideur, etc.), d'autre part elle est probablement capable de prévenir les déformations de la maladie dues aux attitudes vicieuses. Mais la rééducation est également utile plus tard pour corriger les déformations, voire pour pallier leurs conséquences.